Un bout de vie avec vous

futurquébecois

Volet 1 /
 

Hier, nous étions le 8 mars 2013.C’était la journée de la femme.
 
J’avais en ce jour rendez vous avec le comptable du coin pour établir ma déclaration de revenus.
 
Oups, je devrais plutôt dire la comptable…

Captant l’instant où,  remplissant les formulaires, elle inscrivait la date, j’en profitais pour lui souhaiter une bonne fête.
 
Elle me fit un grand sourire, me remercia et me lança d’un air désabusé : ‘’ c’est plate ! ‘’
 
«  Mais pourquoi dites-vous ça madame ?  »
 
Elle : «  Et bien, les journées se ressemblent, je ne perçois aucune différence »
 
«  C’est peut – être parce que c’est votre fête toute l’année » lui rétorquai-je.
 
Elle sourit : «  oui, c’est peut- être cela.  Je reconnais que nous avons de la chance de vivre ici ! »

Oui,
 
Que de chemin parcouru, cependant…
 
 
Lisons cet extrait :
 
 
« En remontant dans l'histoire, nous réalisons que les femmes sont parties de très loin. En effet,
ce n'est qu'en 1929, que les femmes du Canada deviennent des " personnes ", à la suite d'une décision du Conseil privé de Londres, qui stipule que l'appellation " personne " inclut dorénavant les personnes de sexe féminin. 

Par la suite, en 1931, les femmes demandent la tenue d'une commission d'enquête sur leurs droits civils et, à la suite de la modification du statut juridique des femmes mariées, elles obtiennent le droit légal de toucher leur propre salaire. »
 
À cette époque, les femmes au travail se retrouvent principalement dans l'industrie du textile, où les emplois sont majoritairement occupés par des femmes. C'est en 1934 qu'a lieu une des premières grandes grèves dans l'industrie du vêtement, où les femmes y joueront un rôle majeur. 

En 1937, la loi concernant l'assistance aux mères nécessiteuses est adoptée.
Pour en bénéficier, les femmes doivent toutefois faire des démarches souvent humiliantes, telles donner des garanties sur leur capacité d'être une bonne mère. C'est seulement en 1969, que la Loi de l'aide sociale vient corriger ces lacunes. 

Peu de temps après, en 1940, soit en pleine guerre mondiale, les femmes du Québec obtiennent finalement le droit de vote. À cette même période, la guerre incite les gouvernements à faire appel aux femmes pour le travail en usine et
trois ans plus tard, on encourage les femmes à accepter des emplois à temps partiel. C'est durant cette période, que six garderies sont créées à Montréal.  » (1)
 

Ce n’est donc qu’ en 1940 que le droit de vote  a été accordé aux femmes québécoises , bien longtemps après la nouvelle Zélande ( 1893 ) , l’Australie ( 1903 ), la Norvège ( 1913 ) ,  l’Albanie, l’Autriche et la Hongrie ( 1920 ), la grande Bretagne ( 1928 ), pour ne citer que ces pays.

 
Et aujourd’hui, le premier ministre du Québec est… une première ministre !
 
Don’t be inquiète !...  :wink:

Le Canada compte actuellement  six premières ministres en poste ( Québec, Colombie-Britanique, Alberta, Terre-Neuve-et-Labrador, Nunavut et Ontario ) .

C’est ce qui s’appelle réussir sa révolution.
 
En Ontario, une femme est devenue première ministre quelque temps après avoir clamé haut et fort son homosexualité,  issue  impensable il n’y a pas si longtemps.
 
Des clivages sont tombés.
 
Une récente enquête de " The economist " classifie le Canada en 4ème position des pays où les femmes ont le plus de chance à l'égalité de traitement au travail.  (2) 
 
Aussi, aujourd’hui au Québec,  la femme est omniprésente, dans tous les secteurs d’activité, en passant du plus haut poste politique à celui d’éboueuse.
 
On en voit  pratiquement partout, sauf à la tête de l’équipe des Canadiens de Montréal ...  :tongue: 
 
Ça viendra peut-être un jour, qui sait… 
Volet 2 /

 
Hier, nous étions donc le 8 mars 2013,
 
Fait du hasard ( ? ),  c’était aussi le 14 ème anniversaire de la création du site Immigrer.com.

Je ne l’ai personnellement découvert qu’en 2008, suite à une discussion tenue avec un ami  ( qui avait entamé une procédure d’immigration pour le Québec )  qui me disait y trouver toutes, sinon une très grande partie, des réponses à ses divers questionnements .
 
La curiosité faisant,  j’ai immédiatement rebondi sur l’information et me suis donc mis à le consulter, assez régulièrement à mon tour aussi…
 
Ayant parfois été interpellé par certains sujets ou ayant eu à certains moments des éclaircissements, soit à apporter, soit à demander, j’en suis alors tout logiquement arrivé à en devenir membre.
 
Il faut savoir qu’ici au Québec, en arrivant, tous vous diront qu’obtenir de l’information, c’est très , très important, mais que parfois, c’est très très difficile…
 
Il y a une certaine rétention de l’information, qui circule en cercles restreints.
 
Faute d’avoir votre passerelle, vous seriez égarés sur vos chemins de traverse, condamnés à voir les trains bondés
passer , au loin…
 
Savoir ce qui se fait, où cela se fait, de quelle manière  et en quel moment, cela pourra faire la  différence entre la personne qui parvient à ses fins, et l’autre qui n’y arrive pas, faute de ne pas avoir été informée.
 
Le forum contribue quelque part à informer, à travers ce réseau virtuel.

Sans rien vous demander en retour, sinon le minimum consistant au respect des règles le régissant…
 
Je m’y suis inscrit il y a près de trois ans.
 
Cela fait un bout de vie, déjà...
 
Je me répèterai sûrement, l’ayant déjà souligné ailleurs : je considère ce forum comme une source intarissable
d’informations, régulièrement mise à jour par ses administrateurs et ses membres.
 
J’y ai trouvé des réponses à mes questions durant ma phase d’immigration, lors de mon installation, et cela continue même aujourd’hui…

J’ai même eu, à plusieurs reprises et à divers niveaux,  la bizarre sensation d’avoir déjà vécu certaines phases du processus d’immigration, en connaissant à l’avance, à travers des récits d’expériences antérieures ( entrevue de
sélection, dossier fédéral, visite médicale, arrivée à Montréal Trudeau, location de logement, séances d’information,… )  vécues par d’autres, les détails pertinents liés à ces étapes.

Ceci a une valeur inestimable.
 
Quinze jours après mon arrivée, je recevais une offre d’emploi d’un membre du forum.
 
Le réseau virtuel se cristallisait alors.
 
Alors, il m’arrive aujourd’hui, de lire ici et là, des propos assez crus témoignant d’une vision réductrice et souvent choquante à l’encontre des membres, consistant à conclure que les gens qui sont restés sur le forum, sont des gens «  qui n’ont pas réussi » , et que ceux qui y «  ont  réussi  leur immigration  » ont d’autres préoccupations, justifiant ainsi le fait qu’ils ne soient plus ici…

Je dirais plutôt que certains ont pris conscience de ce que le forum leur a apporté, qu’ils lui en sont reconnaissant, et que par leur présence et leur fidélité, ils contribuent à  maintenir cette dynamique consistant à ce que le profane se fasse conseiller par quelqu’un d’un peu plus expérimenté.

C’est tout à l’honneur du forum et de ses membres.
 
Longue vie à toutes et à tous !

 
Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-54-sommaire/

 ________________________________________________________________________
 

(1) : http://www.fsss.qc.ca/conditionfeminine/index.php?conditionfeminine=qui_sommes_nous&id=5
 
(2) : http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2013/03/daily-chart-3?fsrc=scn/fb/wl/tr/glassceilingindex
 
  

 

Lire les commentaires

1 billet au total - 1 billet - de 1 à 1 affiché (1 page)




Copyright © 1999-2014 Immigrer.com Inc. Tous droits réservés. Conception Solutions Netaccès