Premier achat immobilier au Québec

Yann

Locataire depuis mon arrivée en Juin dernier, je m’estime chanceux d’avoir pu trouver un logement plus que décent rapidement. Néanmoins, cette situation ne pouvait rester que temporaire, devenir propriétaire étant l’un de mes objectifs principaux en m’installant au Québec. Travaillant dur et économisant depuis plusieurs mois, j’ai enfin pu réaliser mon projet d’achat, et ai trouvé un Condo dans ma région préférée : les Laurentides.

L’accès à la propriété au Québec est largement plus abordable que sur le vieux continent, ou des années de travail et d’économies laborieuses, ne vous permettent pas de payer les seuls frais de notaires. A 10 000 euros le mètre carre dans la ville lumière, vous n’aurez en dessous de $150 000 qu’une place de parking ou un minuscule studio insalubre sous les toits.

La première étape dans l’achat d’une propriété est de se faire pré-approuver par la banque, en consultant son banquier directement ou par l’intermédiaire d’un courtier.
La pré approbation d’une hypothèque permet entre autres de se faire une idée sur le budget qu’on peut se fixer mais aussi de se garantir un taux pour 30 à 120 jours selon les banques.

Client fidèle à la Banque Royale depuis mon arrivée, j’ai pris rendez vous avec ma banquière qui m’a demandé mon T4 de l’année passée et fait le point sur mes crédits et l’état de mes comptes. Ma pré approbation m’était envoyée sur mon téléphone l’après midi même.

Ayant fait de longues recherches depuis des mois sur internet par le biais de mls.ca (site de courtiers immobiliers) et de du.proprio (site de particuliers), j’avais fait une pré sélection attentive des propriétés m’intéressant.

Pré-approuvé, je prends rendez vous pour 2 visites le mardi, l’une après l’autre.
Séduit par les 2, je fais mes offres et rentre dans le jeu des négociations, me retrouvant des le lendemain avec une contre offre intéressante pour l’un des 2 condos.
Je renvoyais une offre finale le soir même par fax et partais dans le Vermont profitant de Canada Day férié. En rentrant le vendredi, je trouvais un email ayant pour titre FELICIATIONS.

Pour qualifier à une hypothèque, une mise de fond de 5% est suffisante. Les frais de notaires peuvent être aussi bas que $1000. On est bien loin des sommes astronomiques des hypothèques Françaises.

Au Québec, une taxe supplémentaire est à prévoir, la fameuse Taxe Bienvenue, non pas pour vous la souhaiter mais bien en référence à son créateur Jean Bienvenue.

A l’époque ou le fédéral avait coupé ses aides financières à la belle province, cette taxe était une source de revenus supplémentaires aux municipalités. Celles-ci…l’ont depuis maintenue, et on devine évidemment pourquoi.

Une inspection faite par un professionnel est également conseillée mais pas obligatoire.
Il faut compter environ $500.

J’ai opté pour une hypothèque à taux fixe sur 5 ans à 3.64%. Mon taux étant garanti 60 jours, j’en ai donc bénéficié alors même qu’il montait a plus de 4% quelques jours plus tard !

Il faut compter l’assurance d’hypothèque obligatoire, et ajouter les taxes municipales et scolaires, plus les frais de co-propriété et l’assurance habitation pour avoir ses mensualités totales.

Les non résidents peuvent aussi qualifier à une hypothèque, avec une mise de fond minimale de 10%.

Autre solution intéressante pour les personnes ayant cotisé depuis longtemps sur un REER, il est possible d’utiliser ce compte retraite déductible d’impôts, pour un premier achat immobilier par le biais du Régime Accession à la Propriété. (RAP) sous réserve que les fonds soient sur le REER depuis au moins 3 mois.

Chaque travailleur est donc presque admissible à une hypothèque, s’il a déjà cotisé plusieurs années à son régime de retraite et utilise cette somme comme mise de fonds !

Mais voila, ayant re-signé un bail d’un an pour le 1 er Juillet, il me fallait trouver un sous locataire qui reprenne mon bail en cours pour 11 mois !

J’ai mis une annonce sur kijiji avec de belles photos. Je m’inquiétais un peu car je ne pouvais me permettre de payer 2 loyers !

2 jours plus tard, à ma première visite, le gars a été enchanté et a repris l’apparte avec plaisir en l’état. Je suis donc bien soulagé, son dossier étant approuvé par ma propriétaire, la transition s’est faite parfaitement.

Acheter mon premier condo n’aura donc pas pris plus d’une semaine. Je suis vraiment reconnaissant et chanceux que les choses se soit si bien passées.
Devenir propriétaire était mon objectif principal et je suis vraiment heureux d’y être enfin parvenu.

Il est certain que m’expatrier au Québec m’a permis d’accomplir certaines choses plus vite qu’en France. Mon train de vie est bon et les choses avancent vite.

Je me sens vraiment bien ici et je suis heureux d’être installé pour de bon, dans cette magnifique région des Laurentides.

Tags : Immobilier

Lire les commentaires

1 billet au total - 1 billet - de 1 à 1 affiché (1 page)




Copyright © 1999-2014 Immigrer.com Inc. Tous droits réservés. Conception Solutions Netaccès